Le printemps rime, pour 30 % des français selon les chiffres du Ministère des Solidarités et de la Santé, avec nombre de pathologies allergiques respiratoires : asthme, conjonctivite, rhinite… En cas d’allergie pollen, que faire pour calmer voire éradiquer ces désagréments parfois très handicapants ? Les plantes nous apportent une solution efficace. Le point tout de suite.

Quels sont les pollens les plus allergisants ?

S’il existe un très grand nombre de végétaux à pollen allergisant, le Ministère met particulièrement l’accent sur 4 espèces dont la période pollinique s’étend de février à septembre :

  • le cyprès (février à avril),
  • le bouleau (en avril),
  • les graminées (avril à juillet),
  • l’ambroisie (août à septembre).

Si vous avez un jardin et qu’un membre de votre famille souffre d’allergie saisonnière au pollen, faites l’impasse sur certaines plantes dites anémophiles. Il s’agit de végétaux dont le pollen, propagé par le vent, se retrouve en grande quantité dans l’air aux périodes critiques… Ce pollen s’infiltre alors dans les voies respiratoires, ce qui provoque l’emblématique rhume des foins.

Parmi ces végétaux, on retrouve :

  • des arbres : aulne, charme, chêne, frêne, mimosa, noisetier, olivier, platane, saule… ;
  • presque toutes les graminées de la famille des Poacées, qu’elles soient à vocation alimentaire (avoine, blé, orge, maïs…) ou ornementale (canne de Provence, fétuques, gazon, herbe de la pampa, miscanthus…) ; privilégiez au jardin le bambou ou les pennisetum si vous ne pouvez vous passer de graminées !

Allergie pollen : que faire  donc ? Aménager un jardin hypoallergique !

En cas d’allergie au pollen donc, aménagez votre extérieur en conséquence :

  • limitez voire excluez la présence de végétaux allergisants ;
  • privilégiez les plantes qui se reproduisent via les insectes (pollinisation) ;
  • plantez des végétaux très peu allergisants : arums, azalées, cactus, camélias, fougères, hostas, mousses, plantes grasses, rhododendrons… ;
  • créez un jardin plutôt sec où le minéral l’emporte sur le végétal ou, au contraire, des plantes aquatiques de bassin…

En ce qui concerne le potager, pas d’inquiétude en cas d’allergie au pollen. Plantes potagères et aromates ne sont en effet pas allergisants. Faites-vous plaisir !

Recourir à la phytothérapie pour prévenir et traiter les symptômes

En cas d’allergènes entrant par les poumons comme le pollen, quelques plantes à l’action anti-histaminique et anti-inflammatoire sont très efficaces :

  • les plantains,
  • l’euphraise,
  • les bourgeons de cassis,
  • la menthe poivrée,
  • l’échinacée.

Zoom sur le plantain, une plante-remède très efficace contre l’allergie pollen

Si vous êtes à la recherche de plantain, vous n’aurez pas de mal à en dénicher. Il en existe en effet plus de 200 variétés ! Appelée aussi Oreille de Lièvre ou Herbe aux cinq coutures, cette plante médicinale est d’une efficacité redoutable contre les allergies de tous types.

Vous pouvez ainsi l’utiliser en prévention des allergies saisonnières aux pollens, pour calmer les irritations ou encore en cas d’allergie respiratoire. Vous la trouverez prête à l’emploi sous forme de gélules de poudre. Mais vous pouvez aussi la ramasser dans les champs écologiques, loin des routes. Dans ce cas-là, faites-la infuser dans de l’eau portée à ébullition pendant une dizaine de minutes. Et faites une cure de 3 semaine avant la période fatidique… Faites sécher les feuilles restantes et placez-les dans un bocal fermé pour la conservation.