Baisse du système immunitaire, bouffées de chaleurs, fatigue, vomissements… Les effets secondaires des traitements contre le cancer hormono-dépendant ne sont pas anodins. Heureusement, certaines plantes peuvent aider. Elles réduisent ces désagréments qui conduisent, dans certains cas, à l’arrêt du traitement antihormonal. Voyons lesquelles.

La phytothérapie, une médecine douce déconseillée en auto-médication

Si les plantes médicinales peuvent soigner, elles peuvent aussi aggraver les cancers dits hormono-sensibles : endomètre, ovaire, prostate, sein, thyroïde…

En cas d’antécédent familial ou de récidive, les spécialistes déconseillent ainsi fortement les plantes phyto-hormonales :

  • oestrogènes-like‘ / houblon, réglisse, sauge, soja, trèfle rouge… ;
  • progestérone-like‘/ alchimille, gattilier… ;
  • testostérone-like‘ / ortie…

Médecine dite douce, la phytothérapie peut toutefois être néfaste à la santé. Dans le cadre d’un cancer, il est ainsi impératif de recourir à un expert. Utiliser les plantes pour se soigner exige en effet des connaissances pointues : posologie, interactions avec d’autres plantes et médicaments, etc.

Phytothérapie et cancer hormono-dépendant

Plantes anti-fatigue

5 plantes sont ainsi particulièrement efficaces pour lutter contre la fatigue liée à l’hormonothérapie :

  1. Ginseng de Sibérie ou Eleuthérocoque / Les vertus thérapeutiques des racines séchées de ce petit arbuste épineux sont nombreuses. Il augmente le bien-être général.
  2. Gelée royale / Sécrétée par les abeilles nourricières pour nourrir la ruche, la gelée royale est un véritable concentré d’énergie. On la consomme généralement pour affronter l’hiver, en association avec d’autres plantes anti-fatigue (ginseng, maca, guarana…).
  3. Guarana / Les graines rouges de ce petit arbuste originaire du Brésil contiennent la plus forte concentration au monde de caféine. C’est un stimulant et anti-fatigue reconnu.
  4. Maca ou Ginseng Péruvien / Cette plante sacrée des Incas a une action aphrodisiaque réputée ! Mais cette plante médicinale très connue des sportifs et bodybuilders booste l’énergie en général.
  5. Spiruline / Véritable concentré de nutriments (notamment le fer et les vitamines B12), la spiruline est un super-aliment ; les sportifs l’adorent !

Plantes anti-oxydantes et immunostimulantes

Certaines plantes sont de véritables antibiotiques naturels : curcuma, échinacée, ginseng, grenade, myrtille, propolis, thé vert, uncaria tomentosa… Elles boostent ainsi le système immunitaire altéré par la toxicité des traitements anti-cancers

Plantes anti-nausées

Contre les nausées, les experts recommandent le gingembre, la menthe poivrée ou encore la mélisse.

Plantes drainantes

A la fin du traitement conventionnel, l’organisme est plus fragile. Les plantes diurétiques, drainantes ou encore anti-inflammatoires sont de bons remèdes naturels : artichaut, cassis, chardon-marie, romarin, pissenlit, reine-des-prés, sève de bouleau…

Les plantes circulatoires (fragon, hamamélis…) et reminéralisantes (prêle, silice…) peuvent aussi soulager après un cancer hormono-dépendant.

Si la phytothérapie ne se substitue en aucun cas aux traitements conventionnels, elle trouve néanmoins sa place à tous les stades du cancer hormono-dépendant. De l’annonce à la fin du traitement anti-hormontal, les plantes constituent ainsi de puissantes alliées. Tout comme bien-sûr une alimentation saine, la pratique d’activités manuelles et/ou physiques douces…